ÉTOILE NOIRE

Le titre : Big Star – Complete Third / Vol. 1 : Demos To Sessions To Roughs

L’artiste : Big Star

Le format : 2x33T/30 cm.

La date de sortie : 2016

Le genre : Dévasté

C’est qui ?: Le groupe d’Alex Chilton

Qui joue dessus ?: Alex Chilton, surtout (pour les démos à la guitare acoustique), et des musiciens de chez Stax Records (Steve Cropper, Jim Dickinson, punaise !)

Comment ca sonne ? : Lumineux sur le premier disque, inquiétant sur le second

Si c’est une réédition ou un vieux machin, est-ce que ça a bien vieilli ?

Edité à partir des masters originaux. Impeccable.

Ce qu’on en pense:

Le troisième album de Big Star, toute une histoire… La moitié du groupe s’est barré pour cause de dépression ou de défonce chronique (ou les deux), laissant Alex Chilton tout seul avec le batteur. Qu’a cela ne tienne ! Chilton, défoncé et dépressif aussi, tente d’enregistrer un troisième album, secondé par Jim Dickinson, figure historique du label Stax. Et ca ne va pas se passer tout seul, à tel point que le disque  restera inachevé.

Cet album sortira d’abord en vinyle en 1978 (14 titres), sous le nom de « Third », puis en CD 9 ans plus tard (avec 17 titres) sous le nom de « Sister Lovers-The third album » et finalement en 1992 sous le nom de « Third/Sister Lovers » (avec 19 titres). Bref, on n’y comprend rien.

C’est le problème avec les mecs défoncés, il faut faire le tri dans ce qu’ils ont laissé. Ou alors tout publier : les démos, les mise à plat et les mix finaux. C’est ce qu’a entrepris le label Omnivore Recordings en 2016, en éditant le coffret « Big Star-Complete Third » (3 CD). Ici, il s’agit du premier volume de l’édition vinyle, un double, avec sur le premier disque les démos acoustiques de Chilton, et sur le second des démos avec un groupe.

Un premier disque, donc, ou Chilton joue ses morceaux tout seul à la douze-cordes. Des morceaux d’une beauté étourdissante. Les mecs de Teenage Fanclub ont du faire un AVC en l’écoutant.

Un deuxième disque complètement différent, donnant l’impression qu’il se passe quelque chose d’étrange avec Chilton quand il se retrouve en studio avec d’autres musiciens. Sur ces démos, sa voix change, et l’ambiance aussi, annonçant la tonalité glauque du résultat final, qui fera de « Third » un des plus grand disque dépressif de l’histoire de la pop music, mais aussi un des plus beau qui soit. Pas vraiment une surprise de la part d’un gars qui termine une des ses chansons en chantant d’une voix trouble: « You’re a wasted face, you’re a sad-eyed lie, you’re a holocaust ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s