Les aventures du petit Philou

Le titre de l’édition française :Phil Spector, le mur de son

Le titre de l’édition originale :Tearing Down the Wall of Sound: The Rise and Fall of Phil Spector

La date de parution : 2007(Edition française : 2010 – Traduction : Nicolas Richard )

L’éditeur français: Sonatine

Le genre :Biographie de Dracula, en Mono.

L’auteur :Mick Brown

C’est qui ?:Un journaliste anglais.

Ce qu’on en pense:

Fin 2002, Mick Brown décroche une interview de Phil Spector, « en profondeur » comme on dit dans le métier, pour le compte du Daily Telegraph. Six semaines plus tard, le producteur des Ronettes et de Lennon est arrêté par le L.A.P.D. de Duddley Smith pour le meurtre de Lana Clarkson, retrouvée morte dans son manoir de nabab, une balle dans la tête. Le matériel initial du livre est donc la dernière interview qu’a donné, et surement donnera, Spector à la presse (ayant pris 19 ans de taule, on se doute qu’il n’en fera plus avant longtemps).

On a tout dit et tout entendu sur le nabot irascible du « mur de son », pourtant les livres en français qui lui sont consacrés sont rares. Loin du panégyrique ou du sensationnel, le travail de Mick Brown est excellent, sérieusement documenté, comme en attestent en fin d’ouvrage les notes bibliographiques et le renvoi aux interviews réalisés pour la rédaction, le tout donnant un livre fascinant. 

Et ne pas faire dans le sensationnel avec Phil Spector, c’est plutôt un exploit : gros pathos paternel, ego gros comme un camion, addiction aux médicaments, et que je sors un flingue devant les Ramones, et que je pointe une arbalète sur Leonard Cohen, et que je tire un coup de feu dans le plafond du studio si je veux….etc, etc…sans parler du comportement odieux avec sa femme, Ronnie Spector.

Ce qu’il en ressort, outre le portrait saisissant d’un petit gars du Bronx devenu le premier ministre de la pop dans les années 60, c’est qu’il ne s’est jamais vraiment remis de l’explosion mégatonnique des Beatles aux US en 1964. Lors du passage des anglais chez Ed Sullivan, il a du transpirer sous sa moumoute (Elvis aussi d’ailleurs). En effet, après la british invasion, le petit Philou peinera à raccrocher les wagons et restera tout vénère jusqu’au siècle suivant.

Une des meilleures biographies consacrée à une personnalité musicale, qui dépasse largement le cadre de la musique Pop, pouvant être lue par d’autres que ceux traumatisés par le son de batterie d’Hal Blaine sur « Da doo ron ron ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s