LE RÊVE D’HENRY

Le titre : Distant Sky

L’artiste : Nick Cave & The Bad Seeds

Le format : 33T/25 cm

La date de sortie : 2018

Le genre : La classe ultime.

C’est qui ?: Le dernier des vivants.

Qui joue dessus ?: Nick Cave et la version des Bad Seeds avec Warren Ellis.

Comment ca sonne ?: Violent et velu. 

Si c’est une réédition ou un vieux machin, est-ce que ça a bien vieilli ?

Sans objet.

Ce qu’on en pense :

Ep 4 titres « live » sorti pour la promotion d’un film que personne n’a vu : Distant Sky, film de la tournée « Skeleton tree », diffusé uniquement dans certaines salles, un jour seulement. (Si vous habitez Tulle, tant pis pour vous).

Après le départ de Blixa Bargeld des Bad Seeds, Nick Cave a du transpirer un peu…Heureusement, sa collaboration avec Warren Ellis lui a permis de retrouver le même niveau de qualité, tant dans les arrangements, que dans ses prestations sur scène. 

Et sur scène donc….il semblerait que nous soyons en présence d’un groupe quasiment parfait : arrangements, chant, précision, énergie, charisme. 

Alors, on comprend pourquoi Nick Cave est le seul artiste dont on attend la sortie des nouveaux albums. (Franchement qui se précipiterait acheter le dernier Ty Segall ou le dernier Kurt Vile le jour de sa sortie ?).

Au programme sur ce disque, pourtant tout petit: Jubilee StreetDistant SkyFrom Her To Eternity et The Mercy Seat. Durant ces 4 morceaux, Cave montre que quand on écrit de grandes chansons et qu’on peut les interpréter avec l’énergie brute du rock’n’roll, les murs de la ville tremblent. 

Ayant réussi à devenir une sorte de croisement entre les Stooges (pour l’énérgie, pas le son) et Leonard Cohen (pour la qualité d’écriture), Nick Cave est le dernier des artistes vivants.

La version de Jubilee Street présente sur cet enregistrement détruit tout sur son passage.

PS : l’édition vinyle de ce 4 titres est parfaitement indigente (problème de pressage). C’est quand même terrible qu’un des meilleur disque live jamais paru soit imprimé sur du papier de verre.

On ne félicite pas la maison de disque qui mériterait de mourrir balayée par une pluie de sauterelles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s