LE CIEL BAS ET LOURD

Le titre : Teenage Snuff Film

L’artiste : Roland S. Howard

Le format : 2X33T/30 cm (3 faces).

La date de sortie : 1999

Le genre : Zone industrielle désaffectée

C’est qui ?: Un Australien

Qui joue dessus ?:  Roland S. Howard, Mick Harvey, Brian Hooper, Steve Boyle

Comment ca sonne ? : Comme la bande son d’une overdose

Qualité du pressage :

Parfaite.

Réédition de 2020 – Mute – Pressage EU

Ce qu’on en pense :

Quand il était petit, Roland S. Howard faisait partie du groupe australien The Boys Next Door, qui deviendra plus tard The Birthday Party, le vaisseau toxique des débuts de Nick Cave.

Conscient des talents de compositeur d’Howard, Cave sentira la concurrence arriver et refusera de jouer les morceaux de son copain, ce qui entrainera le départ d’Howard vers une autre formation Australienne : Crime And The City Solution. Mais ce n’est qu’avec son premier album solo, sorti en 1999, qu’on comprendra que Nick Cave, ce petit saligaud, avait eu raison de ne pas vouloir rester dans l’ombre de son collègue. Roland S. Howard est effectivement un grand compositeur, jouant dans la même catégorie que la grande saucisse de Warracknabeal.

Epuisé depuis des millénaires, ce premier album solo, « Teenage Snuff Film », a été réédité en 2020 chez Mute.

Un disque immense. Une façon de faire quasiment désuète pour l’époque : son clair, arrangement de cordes et guitare bruitiste du genre reverb dépressive. Le tout dans une ambiance crépusculaire à vous glacer le sang, renforcée par la teneur des textes. Si vous aviez prévu de danser, ressortez plutôt votre exemplaire de « Blue Monday » (en version originale anglaise maxi-45T, cela va de soit) ou alors un  vieux James Brown.

Sorti en même temps que les soit-disant « chefs-d’œuvres » de Radiohead et juste avant la résurgence des groupes à guitares façon Jack White, cet album était à priori hors sujet. Enfin, hors sujet pour les gens qui pensaient qu’il y en avait encore un, alors que le « sujet » en question était déjà mort depuis longtemps.

Si vous aimez Nick Cave, période « Your funeral, My Trial », vous écouterez le premier morceau du disque (« Dead Radio ») 15 fois d’affilée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s