NAPALM

Le titre : At The Royal Albert Hall

L’artiste : Creedence Clearwater Revival

Le format : Des 0 et des 1

La date de sortie : 2022

Le genre : Pas là pour rigoler

C’est qui ?: Le groupe préféré de votre tonton

Qui joue dessus ?: John Fogerty, Stu Cook, Doug Clifford, Tom Fogerty

Comment ca sonne ? : Habité

Qualité du pressage :

On sait pas. Ecouté en numérique.

Ce qu’on en pense :

Alors voilà, c’est comme d’hab’ avec les maisons de disques : le coup des bandes perdues. Égarées par l’ingénieur du son qui était défoncé, paumées pendant un déménagement, à moitié bouffées par le chien du boss de Warner, ou on ne sait quoi. Des excuses dignes d’un entrepreneur dans le bâtiment, c’est dire le niveau de filouterie.

Et devinez quoi? On a retrouvé les bandes! Comment qu’on va pas pouvoir vous fourguer un vieux machin d’un groupe splitté depuis le déluge. Et c’est parti pour la publication d’un live de Creedence Clearwater Revival vieux de plus de 50 ans ! (Bon, c’est vrai que c’est aussi un façon de réparer les publications indignes que le groupe à subi concernant ses enregistrements en public.)

Comme on est curieux, on écoute quand même (sur Itunes, faut pas pousser non plus, considérant qu’on a suffisamment donné d’argent à l’industrie musicale et qu’en plus la pochette est hideuse) et là……………!!! (remplissez les pointillés avec une injonction du capitaine Haddock, celle que vous préférez).

Le concert d’un groupe en apesanteur, entièrement habité par sa musique. On savait déjà que Fogerty chantait bien, et que le groupe était solide musicalement, mais il y avait un truc qui nous avait échappé, et qui n’était pas forcement perceptible sur les enregistrements studio : Doug Clifford le batteur.

Mixé en avant sur ce disque, on percute de plein fouet son immense qualité. Des parties de batterie bien plus subtiles qu’on ne le croyait, tout en délivrant le puissant métronome dont le groupe a besoin. Le jeu d’un gars en route pour le Valhalla des batteurs, prêt à mourir les baguettes à la main. Ce qui permet au groupe de faire peter une version d’anthologie de « Fortunate Son », un vrai truc de furieux qui vous fera oublier la version studio. Dommage que Jean-Philippe Smet ne soit plus là, ça lui aurait surement plu. (On l’imagine écouter ça, en train de faire semblant de remplir sa déclaration d’impôts dans sa propriété de Saint-Barthelemy, et s’exclamant: « Sans dec, Laeticia,  quel batteur ce Jimi Hendrix ! »)

Creedence Clearwater Revival, la vraie musique de Tonton. Le groupe qu’il écoutait quand il en avait marre de ZZ Top. Si vous en avez toujours un, offrez lui ce disque à Noël, vous ferez un heureux. Il vous dira surement : « c’est autre chose que tes merdes de groupes tristes qui crient dans le micro, hein ? ». Magnanime, vous acquiescerez, car rien ne vaut un tonton heureux à Noël.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s